Comme je l’ai déjà dit, c’est la saison des pluies.
Ce qui n’empêche pas que samedi dernier, la température est montée à 33°C. Comme ça, ça ne paraît pas, mais avec l’humidité et la pollution (j’avoue que le Japon n’est pas un modèle en matière d’écologie, et qu’on aime bien ici s’en laver les mains en déclarant que quand même, c’est un peu la faute du voisin chinois…), c’est assez insupportable, voire « dangereux ». Samedi, j’étais dans l’arrondissement de Nakano, et vers 14h, j’ai entendu une annonce (sortie de nulle part et partout à la fois, car il y a des hauts-parleurs disséminés partout dans les rues), qui disait, en gros « attention, ne sortez pas en ce moment, car il y a du smog« . Vers 17h, une nouvelle annonce est passée, pour dire que « c’est bon, c’est fini, vous pouvez sortir de vos terriers ».

J’aimerais bien vous dire ce que je pense des annonces que les Japonais font pour tout et rien, mais ça va me fatiguer. On a parfois l’impression d’être entouré, enfermé dans la société (sans en faire non plus vraiment partie, vu qu’on est étrangère…), et j’ai parfois une phrase qui me vient en marchant dans les rues : Big Brother is watching you…

Mais ce n’est pas le sujet !
Avec cette chaleur, il faut penser à s’hydrater, et c’est peut-être là qu’on est content de tomber sur un distributeur de boissons.

Distributeurs

Là, c’était à Shinjuku. Je sais qu’il y passe du monde, mais…tant de distributeurs à la suite ?!

Au début de l’année, il m’arrivait régulièrement d’acheter un bouteille au distributeur. C’est drôlement pratique, c’est sûr, en ville il y en a tous les 50 mètres. Cela dit, on se rend vite compte que ce n’est pas très économique… une boisson à 150 yens au distributeur sera parfois vendue 100 yens dans un supermarché… pourquoi payer plus quand on peut payer moins ?…

Pas besoin d’aller chercher bien loin. Les gens sont paresseux.
Cela dit, on ne peut pas leur en vouloir, dans un sens. Les distributeurs sont le meilleur ami de l’homme pressé. Ils fournissent boissons fraîches comme café chaud en canette, sans parler des distributeurs de journaux…ou de glaces et autres bonbons.

Les Japonais me font rire, avec leur blabla  « soyez écolos votez Prius » et « ensemble, trions et recyclons pour notre environnement ». A côté de ça, regardez les distributeurs. Je n’ai pas les chiffres, mais l’énergie qu’on doit dépenser à les faire fonctionner 24h/24 doit être énorme…

Enfin, je ne vais pas lancer un débat sur l’écologie, on n’en sortirait pas, d’autant que je ne m’y connais pas assez…

Il paraît que c’est l’été ?

Ici, on ne dirait vraiment pas. On est en pleine saison des pluies (généralement juin-début juillet). En fait, il ne pleut qu’environ la moitié du temps… tiens, pour demain on annonce 32°C à Tokyo…et un grand soleil.

Ce temps très changeant empêche bien sûr de faire des projets pour le week-end. Ce qui fait qu’en ce moment, je ne sors pas beaucoup. D’ailleurs, aucune sortie particulière n’est prévue pour les semaines à venir. Pourtant on ne peut pas dire qu’il n’y ait rien à voir au Japon…

Que voulez-vous ! Une certaine personne a l’air de trouver mes photos pas assez japonaises, mais c’est que je ne suis plus une touriste de base, moi. Je me demande même si je peux encore appeler le Japon « pays étranger ». J’en doute un peu.

Mais puisqu’il faut bien remplir le blog, je poste une ou deux vieilles photos. C’est la « collection » de cure-oreilles de ma maman, qu’elle est allée distribuer aux quatre vents en France. Comment ça, vous n’en avez pas encore ? Rappelez-moi de vous en rapporter.

Mimikaki

On en trouve avec toutes sortes de choses qui se balancent au bout. Il suffit d’aller dans des endroits touristiques, des musées, des zoos… j’aimerais bien en avoir un avec un Pikachu. Ou Stitch.

Bien sûr, pour les touristes (et peut-être les fervents nationalistes), rien ne vaut le cure-oreille avec un symbole traditionnel japonais, comme ci-dessus. Ma préférence va au torii, vous savez, la grande porte à l’entrée des sanctuaires.

Torii mimikaki

Zoo de Tama

Samedi dernier, j’ai enfin pris le temps d’aller au zoo. Depuis ma visite de celui de Nagoya, j’étais assez impatiente de m’amuser à nouveau avec mon appareil photo. Les animaux sont un sujet très intéressants… mais il faut parfois être patient.

Autrement dit, il faut être seul. Ce n’était pas le cas cette fois-ci, et je ne pouvais pas me permettre de rester plantée autant de temps que je le voulais. Je n’essaye pas de chercher des excuses pour justifier la pauvreté des photos que je vais vous montrer, ce n’est que la vérité 🙂

Elephant

Pour dire toute la vérité, au début je me suis sentie vraiment minable avec mon bridge. Au Japon, vous croiserez relativement souvent des petites vieilles équipées de réflex et d’une sacoche avec un ou deux méga objectifs. Et vous vous sentez très, très pitoyable, vous qui maîtrisez à grand peine les fonctions de votre compact.

Je me suis vite fait une raison et ai fait de mon mieux… mais je regrette de n’avoir pas plus de temps pour explorer les capacités de mon appareil. Je sais que je pourrais faire beaucoup mieux si je savais m’en servir.

Girafe

Chimpanze
Heureusement, même si on est nul en photo, les animaux font parfois d’eux-mêmes des choses très intéressantes au moment précis où on déclenche…

Les singes en général, et plus particulièrement les chimpanzés, ont beaucoup de succès… il est vrai que ce sont ceux chez qui les humains se retrouvent plus facilement…

Comme au zoo de Nagoya, il y avait un enclos de loups, mais j’ai trouvé leur comportement très différent. De toute façon, de manière générale, ces deux zoos n’ont pas grand chose à voir.

Les loups du zoo de Nagoya  étaient moins nombreux je crois, mais je me rappelle bien que l’un d’entre eux passait son temps à hurler (et les visiteurs montraient tous leur joie à grand renfort de « kawaii » (mignon…)). Les loups du zoo de Tama, une petite dizaine, se prélassaient sur leurs rochers, se grattaient les oreilles avec la patte arrière et baillaient comme des braves toutous qu’ils sont 😛

Loup

Un peu plus loin, nous sommes tombés nez à nez avec un paon. S’était-il échappé de sa cage ? Peut-être. En tout cas, j’ai pu faire des photos tranquillement, d’autant qu’il n’y avait aucun autre visiteur dans les parages.

Paon 1

Paon 2

Les deux prochaines photos sont pour Shusha, qui m’a demandé une graou la dernière fois…
Voici donc une magnifique graou des neiges !

Panthere des neiges

Panthere des neiges 2

Même si ce n’était pas la première fois pour moi, j’ai bien aimé aussi la cage aux papillons…
On se moque parfois des touristes qui passent leur temps à prendre des photos sans apprécier le paysage ou le monument qu’ils ont devant les yeux, mais je serai un peu plus mitigée (je vous vois venir « toi, mitigée ? ce serait bien la première fois »). Quand on a un vrai appareil en main, avec en tête l’idée de faire une bonne photo, il faut être très attentif à ce qu’on a devant soi…et on prend aussi beaucoup plus le temps d’apprécier.
Bon, en tout cas, c’était mon cas cette fois-ci.

Papillon 1

C’est vrai. Cet effet de mouvement est peut-être douteux. Je précise que ce n’est pas un choix 😀

Papillon 2

Un tigrounet à petites quenottes.

Tigre

Pour terminer, un paon nous a aimablement gratifiés de sa roue…

Paon 3

A Tokyo, le zoo le plus connu est celui d’Ueno, que je n’ai pas encore visité. Celui de Tama est plus éloigné (à environ une heure de Shinjuku). L’entrée pour un adulte est à 600 yens (environ 5 euros, on va dire), ce qui n’est vraiment peu cher à mon goût, vu la qualité des enclos et le nombre d’animaux.

Boulangerie…chaude !

Salut tout le monde !
Je n’ai pas beaucoup le temps d’écrire en ce moment…ou disons plutôt que je ne le prends pas.
Pour une fois je vais peut-être faire quelque chose de mon week-end (mais je préfère ne pas trop m’avancer…). Alors je vous laisse une photo en attendant…souvenir du temps du passage de ma maman et de ma petite soeur préférée au Japon.

Saint Etoile

Au passage, je pense que vous avez du remarquer mon nouveau bandeau-titre… il est niais à souhait, mais…c’est mignooooon…